Devenir blonde, décoloration cheveux
Les vraies bonnes idées,  Ma vinaigrette

Devenir blonde, une vraie bonne idée ?

Il y maintenant 5 mois j’ai pris une décision assez radicale capilairement parlant. J’avais envie de changement et Pinterest de l’œil avec ce genre de propositions :

Donc à force de me poser la question j’ai fini par prendre rendez-vous en me disant « Allez YOLO qu’est ce que je risque ! Je vais décolorer mes cheveux ! » … et bien ne faites pas ça chez vous !

En réalité, je suis HYPER contente de ma nouvelle couleur de cheveux, ils sont plus clairs que je n’osais l’espérer, je les attache beaucoup moins souvent, j’ai envie de les coiffer, bref pour moi c’était vraiment une renaissance !

Mais si vous voulez sauter le pas vers le blond, le blond polaire, le gris, ou plus globalement la décoloration, il y a quand même plusieurs choses à prendre en considération :

 

1 – Comment et où est-ce qu’on le fait ?

Je sais qu’il peut être tentant de le tester toute seule à la maison. Youtube fourmille de tutos où l’expérience se déroule relativement sans encombres. Mais à titre perso je vous recommande quand même fortement de faire ça chez un coiffeur. Les produits y seront plus adaptés et ils sauront vous conseiller.

 

Si vous cherchez un salon où le mot « transformation » n’est pas pris à la légère et où le mot « décoloration » ne fait pas peur, je vous conseille Lindy Hop, à côté de la Gare à La Roche-sur-Yon. Vous y serez accueilli par Anaëlle qui est vraiment de bon conseil et qui est adorable.

Pour ma part, il a fallu deux décolorations de suite,une patine et une coloration aux racines pour arriver au résultat final. Cela nous a pris pas loin de 6h et a laissé un trou dans mon compte en banque mais je ne le regrette pas une seule seconde.

Anaëlle m’avait bien mise au courant de toutes les conséquences qu’allait engendrer l’opération et j’ai pu prendre ma décision (presque) sereinement. Elle m’a aussi avertit de la possibilité qu’on ne réussisse pas à atteindre le blond polaire désiré du premier coup, ou même du deuxième. Chaque cheveux est différents et tous ne réagissent pas de la même façon aux produits. Mais les miens sont fabuleux donc tout s’est bien passé  😉

 

2 – Et ensuite ?

Et bien l’aventure de la décoloration est une suite de pics émotionnels variés !

On a d’abord la réaction quand tu découvres la texture de tes cheveux après les deux décolorations (ça ressemble à un genre chewing-gum informe sans aucune texture) =>

Ensuite la réaction quand tu sors du salon avec une couleur et un brushing de reine =>

La réaction de l’être aimé quand tu rentres et que tu ne l’avais pas prévenu du programme =>

Et ensuite la réaction lors du premier shampoing =>

On ne va pas se mentir je suis passée par une phase assez violente de « MAIS N’IMPORTE QUOI J’AI GÂCHÉE MA VIE ! ». Pendant les quelques semaines qui ont suivies mes cheveux n’avaient plus aucune texture, je les perdais par poignées, bref je sentais la calvitie arriver dangereusement.

 

3 – Le plan de sauvetage

Après toutes les agressions subies par ma tignasse j’ai du mettre un plan de sauvetage d’urgence en place. Voilà les ingrédients principaux :

  • un shampoing violet : pour entretenir la « patine », ce produit empêche vos cheveux de virer au jaune, à laisser poser entre 5 et 10 minutes
  • un masque soin : que j’appliquais à chaque shampoing pendant 10 minutes
  • un soin qui ne se rince pas : dont on abuse allègrement
  • un spray protecteur de chaleur : pour limiter les effets du lisseur et du sèche-cheveux
  • un maxi de 3 shampoings par semaines : j’étais persuadée de pas y arriver, mais les shampoings étant devenus longs et complexes j’étais pas fâchée de m’en passer au quotidien
  • du shampoing sec : pour compenser l’opération précédente et pouvoir sortir de chez moi en gardant ma dignité

Bien sur c’est une liste non-exhaustive puisque vous pouvez aussi faire des masques la nuit, faire attention à la brosse que vous utilisez, prendre des compléments alimentaires qui limitent la casse, etc … Mais pour ma part, c’était déjà un exploit d’arriver à faire tout ça et de m’y tenir sur la durée.

 

4 – Le deuxième effet Kisscool

Après plusieurs mois mes cheveux ont récupérés de la texture et de la force, ils sont chouettes à coiffer et me demande moins d’attention. Je me suis tellement habituée à cette nouvelle couleur que je n’envisage plus le retour à la couleur brune, bref le paradis !

SAUF un léger détail … mes cheveux cassent maintenant en plein milieu et par mèches entières. Je me retrouve avec un dégradé malgré moi et avec un armée de petits cheveux rebelles à droite ou à gauche. C’est normal, les cheveux décolorés sont « morts, ils ne pouvaient pas résister longtemps. C’est manifestement le prix à payer. Alors je continue les soins et je n’abandonne pas mais il faut se faire une raison, les petites mèches cassées sont inévitables.

Aussi si vous voulez passer au blond mesurez-en bien toutes les conséquences. Vos cheveux, leur texture et leur longueur ne s’en sortiront pas indemne. Il ne suffira pas d’une coloration dans le sens inverse pour annuler l’opération. Mais par contre, le blond polaire c’est CA.NON.

Le résultat à la sortie du salon (à gauche) et 5 mois après (à droite)

Si vous avez des questions n’hésitez pas. 
Si t’es agglo-yonnais·e lâche tes comz ! Merci, bisous

 

 

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.